Armé d’un vieux sampler Roland et de son laptop, Spoek sculpte la matière et taille ses rythmes décalés pour construire des collages sonores imprégnés d’activisme.

Avec son nouvel album Mzansi Beat Code, Spoek Mathambo se fait l’ambassadeur de son pays dans le but avoué de changer notre regard sur les musiques sud-africaines. Inscrit dans l’héritage de tous ces artistes qui depuis des siècles n’ont cessé d’inventer et d’innover dans des conditions souvent précaires, il puise en eux sa force et son inspiration. Son beatmaking hybride mêle diverses écoles house sud-africaines, house classique, techno, rap et musique folk Kwazulu Maskandi. Les médias le fascinent, et Spoek sait s’en nourrir : son album navigue entre percussions éclatantes, guitares bondissantes et pluie de samples. De la bonne musique électronique venue tout droit de son nouvel épicentre : l’Afrique du Sud !

LINE-UP :
Spoek Mathambo : claviers, chant
Chris Borca : basse
Thomas Guei : percussions

SITE INTERNET :
https://www.facebook.com/spoekmathambo/

 

KOKOKO!

Collaboration entre le producteur Débruit et plusieurs figures de la scène du Kinshasa underground, KOKOKO! crée de nouveaux territoires sonores aux confins des « musiques du monde » et des musiques électroniques.

Il y a d’abord ce groupe informel de musiciens de la rue Kato, inventeurs de leurs propres instruments à l’aide des ressources disponibles : roues de vélo, boîtes de lait en poudre, poignée d’accélérateur de moto… autant d’éléments qui participent à la création d’une identité sonore inouïe et dégagée de tout référence directe, proche par endroits de la musique savante mais jamais détachée de la danse. Sono poussée dans ses retranchements crachant des boucles électroniques hypnotiques et distordues, Makara Bianco court d’un bout à l’autre de l’estrade, harangue les spectateurs, provoque larsens et déflagrations noise jusqu’à la transe complète de l’auditoire.

Réunis grâce à la Belle Kinoise, ils forment le groupe KOKOKO! qui donne à entendre les sons du ghetto et des clubs du centre ville de Kinshasa, ceux d’une modernité brute et libre, inventant tout à partir de rien comme pouvaient le faire le NYC des 80’s ou le Berlin de la décennie suivante.

LINE-UP :
Bomolo « Boms » Liteli : basse 1 corde, guitare « moustique », cordes vagues, percu-mitraille, chant
Dido Oweke-Lokato : Harpe « Jesus Crise », guitare une corde, volant à cordes, chant et percussion
Bovic Mwepu Kankolongo : batterie, percussions, sardine-o-phone, chant
Makara Bianko : voix lead, percussions
Débruit : synthétiseurs et boîtes à rythmes

Réservations